3 règles d’or pour choisir son oreiller

shutterstock_156584522Un sommeil de mauvaise qualité entraîne maux de têtes, douleurs aux cervicales et mauvaise humeur pour toute la journée. Avez-vous pris le temps de trouver l’oreiller qui vous convient ? Ergonomique ou classique ? Ferme ou moelleux ? Garnissage naturel ou synthétique ? Pour dormir sur ses deux oreilles, il est indispensable d’avoir un bon oreiller !

Règle n°1 : Plutôt moelleux ou ferme ?

Fermeté, souplesse, formes … le choix d’un oreiller est personnel. En revanche deux paramètres sont à prendre en compte pour maximiser le confort : votre morphologie et vos habitudes de sommeil. En position sur le ventre, un oreiller moelleux est adéquate (son côté gonflant et cocooning séduit de nombreuses personnes).Si vous avez tendance à dormir sur le dos, un oreiller ferme assure un bon maintien de la nuque et de la tête. Quant aux personnes qui s’endorment sur le côté, il est préférable d’avoir un modèle épais pour veiller au bon alignement de la colonne vertébrale.

Pour ceux qui aiment se coucher dans un lit comblé de plusieurs oreillers : choisissez un modèle ferme pour vous relaxer (ex : bouquiner, regarder la télévision, etc) et un autre plus souple pour dormir confortablement.

Vous souffrez de douleurs aux cervicales ? Le modèle en forme de vague dit aussi « oreiller ergonomique » épouse les formes de votre corps. Le creux central de l’oreiller accueille la forme de la tête et la partie bombée retient la nuque pour ne pas provoquer de cassure.

Règle n°2 : Quelle taille : petit ou grand ?

Le choix de la taille de votre oreiller dépend de votre type de sommeil et de votre recherche de confort. Parmi les nombreuses tailles possibles, deux formes d’oreillers se distinguent : oreillers rectangulaires et carrés.

Les tailles les plus standards sont de formes carrées : 60×60 cm au 65×65 cm.

Il existe d’autres dimensions, les 40×60 cm et les 50×70 qui sont des formes rectangulaires qui permettant de réduire l’encombrement et de maintenir les vertèbres cervicales.

Règle n°3 : Quelle matière ?

Les oreillers sont souvent composés d’une enveloppe fine de tissu garnie de différentes matières. On distingue trois types de garnissage :

  • Animal : duvet et plumes
  • Synthétique : mousse ou latex (oreiller relaxant)
  • Végétal : écales de sarrasin ou fibres de bambou (oreiller écologique).

Pour de meilleures conditions d’hygiène, il est conseillé de toujours choisir un oreiller déhoussable. Ainsi la housse se lave directement en machine. Idéal pour un oreiller propre au quotidien et sans acariens. Les personnes allergiques ou qui ont tendance à transpirer au niveau de la nuque doivent éviter les oreillers en plumes ou en duvet et favoriser le garnissage végétal.

Après quelques années de bons et loyaux services votre oreiller se déforme, perd de sa fermeté et devient un véritable nid à bactéries. Il est conseillé de le changer tous les 2 ans ! Pour prolonger sa durée de vie, pensez à la nettoyer régulièrement.

Laisser un commentaire